Pisitimmariit - Matières premières et fabrication English

Matières premières
Se couvrir de peaux de lièvres

Choisir la peau

Pour faire un manteau en peaux de lièvre de la taille d’un jeune enfant, il faut environ dix lièvres. Pour faire une couverture pour deux personnes, il en faut une centaine. L’animal doit être chassé l’hiver, car à cette période, la peau est moins grasse et elle a plus de poils. Une fois l’animal tué, il faut prendre soin de conserver la peau entière, soit des pattes à la tête et surtout éviter de la percer. Il est important de conserver la tête, car celle-ci servira d’appui pour la préparation des lanières de peau.

La peau est retournée et installée sur un bâton. Un dé à coudre, à l’extrémité du bâton, permet à la peau de tourner facilement sur elle-même.

Mary Jacob Katapatuk, Eeyou (Cri)
Images : Mendy Bossum-Launière et Carl Morasse

Préparer la peau de lièvre

Lorsque la peau est nettoyée, elle est découpée en spirale en une lanière. Pour éviter que les emplacements des pattes créent des orifices dans la lanière, ils sont légèrement contournés. Un animal donne une lanière.

Pour solidifier les lanières et pour en faire des boudins de fourrure, elles sont torsadées. Une extrémité de la lanière est attachée solidement à une poutre et une petite corde est attachée à l’autre bout de manière à faciliter la tâche.

Les lanières terminées sont ensuite séchées, suspendues à l’extérieur, idéalement au soleil, pendant 12 à 24 heures.

Mary Jacob Katapatuk, Eeyou (Cris)
Images : Mendy Bossum-Launière et Carl Morasse

Fabrication

Tresser le corps du manteau

Un cadre en bois servira de métier à tisser. Sur ce cadre, une corde est enroulée de manière à soutenir le tressage. On retirera la pièce du cadre en coupant la corde.

La première lanière est torsadée à la corde au haut du cadre à partir de la gauche, elle vient ensuite se fixer dans la corde à la droite pour revenir vers la gauche tout en entrecroisant la lanière supérieure. Si une lanière se brise, il suffit de bien rattacher ensemble les deux parties.

Lorsque la moitié du manteau est complétée, il faut faire les emmanchures. Ces trous se situent au premier et au dernier tiers de la pièce en largeur et il suffit de sauter trois rangs.

Mary Jacob Katapatuk, Eeyou (Cri)
Images : Mendy Bossum-Launière et Carl Morasse

Tresser les manches

Pour faire les manches du manteau, on utilise un bâton ayant la taille d’un bras. Un lacet de cuir est attaché autour du bâton à partir duquel les lanières seront tressées, de la même manière que pour le corps du manteau. Soixante centimètres de lanière seront conservés pour fixer la manche au manteau.

Mary Jacob Katapatuk, Eeyou (Cri)
Images : Mendy Bossum-Launière et Carl Morasse

Assembler et terminer le manteau

Un lacet de cuir est inséré dans la bordure supérieure du corps du manteau. En tirant les deux extrémités de ce lacet, on voit apparaître le capuchon.

Afin de fermer le devant du manteau, un lacet de cuir est entrelacé aux deux bordures latérales, fixé au bas et au haut de chacun des côtés. Un troisième lacet est ensuite enfilé en alternance, dans les boucles ainsi formées.

Finalement, un lacet de cuir est également inséré au bas du manteau. Noué sur le devant, il évite que le froid pénètre sous le manteau.

Mary Jacob Katapatuk, Eeyou (Cri)
Images : Mendy Bossum-Launière et Carl Morasse